Accueil / Débuter en Bourse / La vie d’une entreprise au travers ses documents comptables (la suite)

La vie d’une entreprise au travers ses documents comptables (la suite)

La vie d'une entreprise au travers ses documents comptables (la suite)La semaine dernière, nous nous étions intéressés à l’entreprise de Monsieur Michot, un chef d’entreprise fictif, qui achètait des choux fleurs, les nettoyait, les emballait et les vendait à des supermarchés.

L’objectif était de voir évoluer son entreprise au travers des documents comptables que sont les bilans financiers et les comptes de résultat.

L’entreprise avait été créée, le financement obtenu, les locaux et les matières premières achetées. Il ne restait plus qu’à exploiter ces ressources afin de réaliser les premières ventes.

A la fin de l’article précédent, le bilan comptable était le suivant :

Actif (emplois)Passif (ressources)
Immobilisations corporelles130 000€Capital social100 000€
Trésorerie70 000€Emprunt bancaire100 000€
Stock de matières premières31 000€Dettes fournisseurs31 000€

Et voici le sommaire de l’article :

  1. Règlement de la dette fournisseur
  2. La phase d’exploitation
  3. Résultat de l’exercice
  4. Bilan à la fin de l’exercice
  5. Le mot de la fin

Règlement de la dette fournisseur

Dans l’article précédent, Monsieur Michot avait acheté des matières premières auprès d’un fournisseur et il avait obtenu le droit de payer sa dette 30 jours plus tard.

Les 30 jours étant écoulés, le paiement différé de l’achat des matières premières (31 000€) a été effectué auprès du fournisseur : on supprime ainsi la dette fournisseur située dans le bilan et on diminue du même montant la trésorerie.

Actif (emplois)Passif (ressources)
Immobilisations corporelles130 000€Capital social100 000€
Trésorerie39 000€Emprunt bancaire100 000€
Stock de matières premières31 000€Dettes fournisseurs0€

La phase d’exploitation

Le choux fleur étant un produit périssable, ces légumes vont être intégralement nettoyés et emballés dans des sachets plastiques afin d’être commercialisés au plus vite.

L’entrepreneur a embauché un salarié pour l’aider. Ce dernier lui coûte 25 000€ en salaires et charges sociales par an.

La consommation d’eau et d’électricité, qui représente une charge d’exploitation pour l’entreprise, s’élève à 2 000€ par an.

Monsieur Michot étant un bon commerçant, il réussit à vendre immédiatement tout son stock de produits finis pour la somme de 75 000€ à des grandes surfaces. Il accorde des facilités de paiements à ses clients qui ne le régleront que d’ici 30 jours.

L’entrepreneur estime que l’un de ses clients a de fortes chances de ne pas payer l’intégralité de sa facture : en effet, ce dernier rencontre actuellement de graves problèmes financiers. Ainsi, il décide de provisionner 2 000€ pour se prémunir face à ce risque d’impayés.

Résultat de l’exercice

Avec toutes les données énoncées précédemment, nous allons pouvoir dresser le compte de résultat de l’entreprise lors de son premier exercice (1 année). Pour ce faire, nous allons lister les charges et produits qui sont intervenus durant l’exercice écoulé.

ChargesProduits
Achat de matières premières31 000€Ventes de produits finis75 000€
Salaires et charges sociales25 000€
Autres charges d’exploitation (eau/électricité)2 000€
Intérêts de l’emprunt bancaire2 000€
Dotations aux amortissements et aux provisions11 000€ *
Résultat = produits – charges = 75 000 – 71 000 = 4 000€

* Les 11 000€ de dotations aux amortissements et aux provisions traduisent des pertes de valeur comptable. Ils correspondent à 9 000€ d’amortissements du local et des machines (usure et vieillissement) et à 2 000 € de provisions pour créances douteuses (impayés ?).

Le résultat de l’exercice est donc de 4 000€.

Pour obtenir le résultat net, il faut déduire l’impôt sur les sociétés. Nous allons utiliser pour cet exercice un taux arbitraire de 15%.

Résultat net = résultat – impôt sur les sociétés = 4 000 – (4000 * 15%) = 3400 €

Le résultat net s’élève ainsi à 3400€. Ce montant sera ajouté dans les capitaux propres au passif du bilan.

Les 600€ d’impôts figureront également au passif du bilan, dans la partie « Dettes fiscales ».

Bilan à la fin de l’exercice

Actif (emplois)Passif (ressources)
Immobilisations corporelles121 000€Capital social100 000€
Trésorerie8 000€Résultat net3 400€
Stock de matières premières0€Emprunt bancaire98 000€
Créances clients75 000€Provisions pour risques et charges2 000€
Dettes fiscales600€
Total de l’actif204 000€Total du passif204 000€

Quelques explications sur les données du bilan :

  • Les 121 000€ immobilisations corporelles proviennent des coûts d’achats initiaux de ces dernières (130 000€) auxquelles on a soustrait les amortissements cumulés (9 000€) pour obtenir la valeur nette (valeur prenant en compte la perte de valeur comptable)
  • Les 8 000€ de trésorerie sont calculés comme suit : ancienne trésorerie – achat des matières premières – salaires – charges d’eau/électricité – remboursement de l’emprunt (avec intérêts) = 70 000€ – 31 000€ – 25 000€ – 2 000€ – 4 000€ = 8 000€
  • Toutes les matières premières ont été utilisées et tous les produits finis sont vendus. On a donc ici aucun stock.
  • 4 000€ ont été payés à la banque pour rembourser le crédit, dont 2 000€ d’intérêts : ainsi, sur les 100 000€ empruntés, il reste 98 000€ à rembourser (les intérêts ne comptent pas ici).
  • Les clients de l’entreprise ne payant pas comptant, les 75 000€ de chiffres d’affaires sont pour l’instant virtuels : ils sont inscrits en tant que créances clients. Lorsqu’ils seront payés, ils viendront augmenter la trésorerie.
  • Etant donné que l’on a diminué le résultat de 2 000€ pour des probables factures impayées, il faut inscrire ce montant au bilan pour ne pas les oublier : c’est le montant qui apparaît dans la partie « Provisions pour risques et charges ». Lorsque le doute sera dissipé, on pourra régulariser la situation.
  • L’impôt sur les sociétés n’est pas payé immédiatement : on inscrit pour l’instant cette dette au passif du bilan.

Au final, j’obtiens un bilan équilibré, qui intègre le résultat de l’exercice, avec 204 000€ de chaque côté !

Les 3 400€ de résultat pourront être ensuite mis en réserve (afin de réinvestir dans l’entreprise) ou bien distribués aux actionnaires (afin de les rémunérer), selon le bon vouloir de l’entreprise.

Le mot de la fin

L’exercice pratique est à présent terminé. J’ai essayé de simplifier un maximum tout en essayant de rester proche de la réalité.

J’espère que vous aurez compris que ces documents comptables traduisent la vie des entreprises et qu’ils sont très utiles pour les petits investisseurs que nous sommes.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les laisser dans les commentaires 🙂

Si vous souhaitez nous soutenir, alors partagez cet article autour de vous.
Merci !

Vous souhaitez améliorer votre culture financière ?

Alors inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir chaque semaine les derniers articles dans votre boîte aux lettres ainsi qu'un guide de 45 pages sur les placements financiers sans risques.

C'est complètement gratuit et garanti sans spam.

17 commentaires

  1. Bonjour Phil,

    Suite d’articles extrêmement intéressant sur la vie « comptable » d’une entreprise, c’est une partie avec laquelle je suis familier mais je trouve que c’est très bien présenté.

    Une fois ces aspects maîtrisés, c’est la variation du Bilan et du Compte de résultat d’une année sur l’autre qui compte, qui montre la bonne (ou mauvaise) gestion de l’entreprise.

    Bonne soirée.

    Cordialement.

    Sylvain

    • Bonsoir Sylvain,
      Tout d’abord, je te remercie pour ton commentaire.
      J’ai cru que j’avais fait peur à mes lecteurs avec ces notions un peu comptables mais utiles pour tout investisseur qui se respecte 😀
      Question personnelle : aurais-tu un lien avec un certain Sylvain du forum devenir rentier ?
      Bonne soirée

      • Bonjour Phil,

        Il faut bien avouer que si le lecteur a raté le premier épisode, il risque d’avoir du mal à saisir le deuxième….
        Et non, je ne suis pas celui de devenir rentier….

        Bonne journée.

      • Merci Sylvain pour ta réponse 🙂

        C’est sûr qu’il faut bien lire le premier article pour comprendre le second.
        Je ne désespère pas de faire apprécier la lecture des états financiers à une partie de mon lectorat 😀

        Bonne journée

  2. Bonjour,

    J’ai suivis ce type de cours de comptabilité (compte de résultat, bilan..etc) lors de ma formation d’acheteur et un rafraichissement est toujours le bienvenu;
    Effectivement comme vous le soulignez ces documents comptables sont nécessaire pour suivre l’activité d’une entreprise et pour analyser comment elle dégage ou dépense ses ressources. Donc c’est un document qui montre les méthodes de gestion de l’entreprise.

    Pierre

  3. Salut Phil, ton article est intéressant, mais tu m’as perdu lorsque j’ai lu : « Résultat net = résultat – impôt sur les sociétés = 4 000 – (4000 * 15%) = 2680 € ». De mon côté, 15% de 4 000, ça fait 600. Ce qui donne un résultat net de 3 400.

    • Bonjour InvestMan,

      Bien vu, j’avais initialement prévu un taux d’imposition des bénéfices de 33%, puis j’avais finalement décidé d’utiliser le taux de 15%. Ce qui explique l’erreur dans mon calcul.
      Je corrige de suite, merci !

      Phil

      • Ok je comprends mieux l’erreur. Maintenant j’ai une question. Pourquoi avoir choisi un taux d’imposition à 15% au lieu des 1/3% ?

      • L’explication se trouve ici (dans la partie : Un taux d’imposition qui dépend du chiffre d’affaires) :
        Si le capital a été entièrement versé par les associés et est détenu pour 75 % au moins par des personnes physiques (ou par une autre société répondant aux mêmes conditions) alors la société est imposée 15 % sur ses 38 120 premiers euros de bénéfices.
        Ce montant est apprécié par période de 12 mois puis 33,1/3 % pour le reste de ses bénéfices.
        Voilà 🙂

      • On en apprend tous les jours 🙂 Merci pour cette information, j’avais toujours en tête que le taux en France était à 1/3%.

      • Merci pour ces précisions Phil, je pensais également que le taux d’imposition en France était de 1/3 %… Il y a pas mal de choses pour lesquelles je suis encore confus aujourd’hui, faudrait que je replonge dans les documents officiels du site de l’Etat.
        Article récent de Julien : Le cours de l’or bientôt en déclin ?My Profile

  4. Bonjour Phil,

    Je me suis régalé avec ce petit film didactique, Comme une bande dessinée,
    qui éclaire bien En dynamique les deux modules de la comptabilité.
    L’approche Patrimoine = bilan actif-passif
    L’approche Activité = le compte de résultat

    Et les liens entre les deux :
    -résultat net de l’activité qui vient au passif du bilan c’est une ressource
    -amortissement et provisions qui diminuent l’actif et sont une charge pour le résultat net

    conférence Albert Einstein sur France-culture ….tout ce qui touche au temps est essentiel
    -oh temps en emporte le vent,
    -s’affranchir se détacher des normes qui étouffent,.
    -indépendance, ne pas subir, ne pas être motorisé par la culture ambiante.
    -l’imagination mieux que connaissance brute de fonderie
    -foi dans la raison comme Descartes, géométrie comme fer de lance de la pensée Blaise Pascal

    Donc Vive la géométrie comptable, propre et nette,
    on est loin de la course effrénée des marchés financiers.
    Qui tourbillonnent dans le ciel comme une tornade.

    Le Cash, cash flow, liquidité ,besoin en fonds de roulement,
    Je pense que tout cela sont cousins de flux de Trésorerie.

    Merci à Phil pour cette mécanique comptable élémentaire (mon cher Watson)
    E=mc2 le quantique des Cantiques

    Ce site bourgeonne comme un printemps.

    Patrice.

    • Bonjour Patrice,

      Bravo, vous avez bien assimilé les notions clés.
      Je suis ravi que mes articles comptables vous plaisent 🙂

      Au plaisir,
      Phil

      • Je prends beaucoup de plaisir à vous lire et à me former à partir d’un cas concret, c’est la meilleure façon de s’approprier des notions pas si simples que celà.
        je viens d’ouvrir un compte titre chez BINCK.

        Cordialement
        Patrice.

  5. Bonjour Phil,

    Moi aussi j’ai beaucoup aimé ta démonstration, par le biais d’un cas pratique, c’est beaucoup plus parlant.
    A quand l’article sur la variation du bilan et du compte de résultat d’une année sur l’autre, j’ai hâte de le lire…

    Cordialement.

    Kiki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge