La construction de mon portefeuille d’ETF

Il y a 18 mois, j’ai commencé la construction de mon portefeuille passif. Dans cet article, je vais détailler la stratégie d’investissement que j’ai mise en place ainsi que les ETF choisis.

Objectif du portefeuille passif

Voilà maintenant plus de dix ans que j’investis en bourse de manière active, en sélectionnant mes entreprises, principalement via mes PEA et PEA/PME.

De cette décennie, je retiendrais une leçon : pour durer en bourse, il est primordial d’avoir un portefeuille diversifié. Il y a 2 ans, et bien que mon portefeuille contenait plus de 15 entreprises différentes, il n’en demeurait pas moins très concentré en entreprises européennes.

Pour y remédier, j’ai décidé de construire un portefeuille passif afin de m’exposer aux entreprises du monde entier (américaines, anglaises, japonaises…). Je vois deux avantages principaux dans l’investissement indiciel :

  • Une très grande diversification (plusieurs milliers d’entreprises) en quelques clics.
  • Une performance proche de mon portefeuille actuel pour un travail minimal.

A noter que je souhaite conserver une gestion active via mes PEA et PEA/PME et que la gestion passive sera réalisée au travers de mes comptes-titres.

Se former et choisir ses indices

Avant de commencer, j’ai pris le temps de me former sur l’investissement passif en lisant 2 livres intéressants :

A la suite de ces deux ouvrages, j’ai décidé d’opter pour une composition « simple et efficace » pour ce nouveau portefeuille :

  • 90% des fonds seront investis dans l’indice MSCI World, qui est un incontournable dans l’univers de l’investissement passif permettant de s’exposer à 1539 entreprises de pays développés (dont 68% d’entreprises américaines).

MSCI WorldTop 10 MSCI World

  • les 10% restants le seront dans l’indice MSCI Emerging Markets afin de s’exposer légèrement aux économies émergentes (1420 entreprises)

MSCI Emerging MarketsTop 10 MSCI Emerging Markets

Sur 30 ans, l’indice MSCI World a généré un rendement annualisé de 8,6% contre 7,1% pour le MSCI Emerging Markets.

Historique de l'indice MSCI World en euros

Ces performances historiques sont en adéquation avec mes objectifs de portefeuille : environ 8% par an sur le long terme. De plus, ces deux indices amélioreront grandement ma diversification géographique en m’exposant aux économies principales du monde actuel : Etats-Unis, Japon, Chine, Inde…

Trouver les ETF adéquats

Une fois les indices choisis, il est nécessaire de rechercher les fonds (ETF) permettant de répliquer la performance de ces derniers. Pour ce faire, j’ai utilisé le site justetf.com, qui permet d’en trouver facilement.

Voici les critères que j’estime importants lors d’une recherche d’ETF :

  • L’indice suivi par l’ETF : dans mon cas, MSCI World ou MSCI Emerging Markets.
  • La taille des encours de l’ETF : plus l’ETF est petit, et plus et il a chance d’être fermé par la société de gestion (car peu rentable). Généralement, je vérifie qu’il y a au moins 500 millions d’euros d’encours pour un ETF donné. L’objectif étant d’éviter une vente forcée suite à la fermeture du fonds.
  • Les frais de gestion annuels les plus faibles possibles.
  • La place de cotation : par exemple pour un investisseur français, il est généralement plus simple et moins coûteux d’acheter des ETF côtés à la bourse de Paris ou d’Amsterdam.
  • ETF capitalisant ou distribuant les dividendes, selon votre stratégie.
  • ETF éligibles ou non au sein du PEA, selon votre support d’investissement.
  • Le mode de réplication de la performance de l’indice : physique ou synthétique.

J’ai effectué la recherche suivante pour trouver des fonds répliquant l’indice MSCI World :

Recherche d'ETF MSCI World

Voici la recherche que j’ai utilisée pour trouver les ETF MSCI Emerging Markets :

Recherche d'ETF MSCI Emerging Markets

J’ai sélectionné les quatre ETF encadrés en rouge car ils étaient capitalisants, avaient un encours conséquent, et une cotation à la bourse de Paris ou Amsterdam :

Dans une optique de diversification des émetteurs d’ETF (qui peuvent faire faillite ou fermer des fonds), j’ai préféré choisir 2 fonds de chaque type plutôt qu’un seul.

Si vous investissez au travers de votre PEA, n’hésitez pas à cocher cette case pour trouver facilement des fonds éligibles sur ce site :

Critère : éligible au PEA

A noter que j’ai choisi des ETF à réplication physique (non éligibles au PEA) : comme j’investis via mon compte-titres, j’ai opté pour ce type de réplication que j’estime être plus « naturel » que la réplication synthétique.

En effet, les ETF physiques investissent directement dans les actions de l’indice suivi (ou au moins une partie) tandis que les ETF synthétiques peuvent acheter un panier d’actions sans rapport avec l’indice suivi : par exemple, un ETF MSCI World uniquement composé d’actions européennes. Ces derniers compensent la différence de performance via un contrat passé avec un intermédiaire financier (une banque).

C’est grâce à ce mécanisme financier que des fonds synthétiques ETF World (dont l’indice est composé d’actions du monde entier) demeurent éligibles au PEA (normalement limité aux actions européennes).

Investir régulièrement

Maintenant que j’ai sélectionné mes fonds, il ne me reste plus qu’à investir de manière régulière : pour ma part et afin de limiter les frais de courtage, j’investis tous les 3 mois le même montant en respectant la pondération 90% d’ETF MSCI World et 10% d’ETF MSCI Emerging Markets.

Plutôt simple comme stratégie d’investissement non ? Un peu de travail au début pour définir sa stratégie et ensuite, il est impératif de rester discipliné afin d’investir régulièrement dans les ETF sélectionnés, sans se préoccuper de l’état des marchés financiers (c’est la partie difficile en période de crise).

Nous verrons d’ici quelques années si mon portefeuille passif est plus rentable que mon portefeuille actif !

A bientôt 🙂

Phil

Vous souhaitez améliorer votre culture financière ?

Alors inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir chaque semaine les derniers articles dans votre boîte aux lettres ainsi qu'un guide de 45 pages sur les placements financiers sans risques.

C'est complètement gratuit et garanti sans spam.

4 Commentaires

  1. Bonjour si je comprends bien vous n’avez pas totalement abandonné le stock picking. Je vous rejoins totalement dans la décision d’investir via des fonds indiciels car les environnements économiques sont très variables et très difficiles à anticiper sur le long terme en effet les paniers d’action se révèle être très efficient. C’est pourquoi j’ai opté comme vous pour une stratégie PEA sur trois ETF, après avoir longtemps investi en unités de compte via l’assurance-vie j’ai fait un rachat total et ouvrir un PEA sur ces stratégies.

    • Bonjour Feniche,

      Effectivement, je vais continuer de gérer activement une partie de mon portefeuille, qui représente actuellement 90% des encours.
      Trimestre après trimestre, je vais investir régulièrement dans mon portefeuille passif jusqu’à ce qu’il représente 25% du portefeuille global.
      Et ensuite, on avisera selon le temps disponible, l’envie et les performances 🙂

      Cordialement,
      Phil

  2. Bonjour,
    Il me semble qu’il manque quand même une dimension très importante dans votre liste de critères de choix ETF : les frais ! Ceux ci peuvent varier sensiblement d’un ETF à l’autre (+/- de 0,05% à 0,5%). Je vous rejoins sur l’encours sinon. Par contre pas sur de comprendre ce que change vraiment le physique et le synthétique ?
    Autre point : ne trouvez vous pas que le MSCI World ne permet pas d’ajuster plus finement vos arbitrages en fonction des conjonctures ? Ne vaut il pas mieux privilégier des ETF US (S&P500/Russell 2000 par ex) et des ETF Européens (MSCI Europe et d’autres) pour arbitrer sur vos versements par la suite ?
    Merci pour les informations et votre site en tout cas,

    • Bonjour Augustin,

      Pour les frais, vous avez raison et j’ai complété l’article.
      Cependant comme je ne sélectionne que des ETF majeurs avec un encours conséquents, les frais sont généralement très compétitifs et j’y porte peu attention.

      Les ETF physiques investissent dans les actions sous-jacentes (ou au moins une partie) tandis que les ETF synthétiques peuvent acheter des actions sans aucun rapport avec l’indice suivi.
      Ensuite, ils compensent la différence de performance avec un intermédiaire financier via un contrat.
      Pour cette raison, je préfère la simplicité des ETF physiques 🙂

      Concernant la composition de mon portefeuille passif, j’ai souhaité qu’il reste le plus simple possible.
      Bien sûr, je pourrais le composer avec des ETF européens, japonais, coréens, australiens… et faire évoluer les pondérations selon mes critères (PIB ou autres).
      Mais pour moi, on s’éloigne de la gestion passive et actuellement, j’ai envie de diversifier ma manière d’investir en tentant une approche vraiment passive 🙂
      De plus, je trouve la performance du World sur 30 ans très correcte.

      Merci pour vos questions pertinentes.

      Cordialement,
      Phil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.