Coronavirus : portefeuille & réflexions

Alors que nous sommes en pleine crise sanitaire liée au coronavirus, j’ai souhaité partager avec vous quelques réflexions liées à la situation actuelle ainsi que les mouvements opérés sur mon portefeuille boursier.

Epargne de précaution

Nous sommes le 13 avril 2020 et nous sommes confinés en France depuis 4 semaines maintenant afin de limiter la propagation du coronavirus. Cette phase d’isolement obligatoire nationalement a induit des perturbations économiques inattendues : les entreprises “non essentielles” sont à l’arrêt, les travailleurs au chômage technique et l’économie est officiellement entrée en récession.

Qui aurait crû qu’un jour une partie de la population mondiale serait contrainte de ne plus travailler pendant une période relativement longue dans l’attente d’une accalmie sanitaire ?

Il y a plus de 8 ans maintenant, j’avais rédigé un article sur l’importance de disposer d’une épargne de précaution pour parer aux situations imprévues : ce coussin de sécurité représentant quelques mois de salaires (ou de dépenses) permet d’aborder plus sereinement une crise comme nous la vivons actuellement.

Personnellement, je trouve qu’une épargne de précaution équivalente à six mois de dépenses n’est pas un luxe dans le contexte actuel. Bien entendu, elle sera stockée sur des supports monétaires sans risques et très liquides : généralement, le livret A et le livret développement durable conviendront parfaitement à cet usage.

Investir ou pas ?

Bien que les marchés financiers aient anticipé une forte récession économique en chutant de 35% environ, j’ai continué d’investir selon mes critères personnels en recherchant des entreprises solides financièrement, rentables et créant de la valeur pour l’actionnaire sur le long terme.

En effet, il est très délicat de quantifier l’impact de cette crise sanitaire sur la vie économique. C’est d’ailleurs ce qui caractérise une crise : on est face à une situation inconnue et les marchés financiers sont en “mode panique” car ils ne peuvent rien prévoir avec certitude. C’est déjà arrivé et ça arrivera encore.

Néanmoins, j’ai bon espoir qu’elle sera surmontée d’ici les deux ou trois prochaines années (si d’autres catastrophes ne rentrent pas en jeu bien évidemment). Je pense que face à l’inconnu, un optimisme raisonné peut nous aider à avancer.

De plus, j’estime que cette période constitue un excellent test pour valider ma stratégie d’investissement ainsi que pour vérifier ma capacité à résister à la volatilité. En effet avec un krach à -35% sur un mois et des journées à quasiment -10%, il fallait avoir le coeur bien accroché.

Avec 5 ans d’épargne investie en bourse au début de la crise, c’est un patrimoine conséquent pour moi qui ai débuté ma carrière professionnelle il y a 10 ans. Il est erroné de croire qu’il est aisé de résister à la folie des marchés financiers lorsqu’une bonne partie de notre épargne est ballottée.

Néanmoins comme je n’ai investi que de l’argent dont je n’avais pas besoin, je n’ai pas paniqué. De plus comme j’ai confiance dans la résilience de mes entreprises, je les ai toutes conservées.

Mouvements du portefeuille

Voici la liste de mes achats réalisés au cours du mois de mars représentant 18 mois d’épargne :

EntreprisePrix d’achatSecteurCommentaireRisque
SII
(France)
22,27€Société de services informatiquesESN en forte croissance (18% par an sur 10 ans), sans dette, CA à 50% en Europe, dirigeants actionnaires.+
Wavestone
(France)
20,79€Cabinet de conseil en management et numériqueForte croissance (16% par an sur 10 ans), dettes remboursables en 2 ans, dirigeants actionnaires.+
Groupe Guillin
(France)
13,34€Fabricant d’emballages plastiques alimentairesNuméro 1 des emballages alimentaires plastiques en Europe, en croissance modérée (6% par an), dirigeants actionnaires.++
Michelin
(France)
79,70€Top 2 des fabricants mondiaux de pneumatiquesEntreprise solide et en croissance dans un secteur difficile.++
Wells Fargo
(Etats-Unis)
$39,61Top 3 des banques aux Etats UnisBanque historiquement bien gérée avec moins de levier que les banques françaises.
Achat réalisé au début de la crise
(mauvais timing).
+++
Simon Property Group
(Etats-Unis)
$120,31Top 1 des foncières commerciales aux Etats-UnisDans un secteur en crise, foncière solide pouvant rembourser sa dette en seulement 5 ans de loyers “pré-crise”.
Achat réalisé au début de la crise
(mauvais timing).
+++

Suite à ces achats, mon portefeuille compte désormais 13 entreprises représentant au total environ 6 années et demie d’épargne. Comme je suis incapable de prédire l’issue de cette crise, j’ai décidé de diversifier au maximum mes achats : chaque entreprise achetée représente 3 mois d’épargne.

De plus, je vais continuer d’investir progressivement mes liquidités, si possible dans des secteurs peu représentés dans mon portefeuille : industrie, consommation de base et santé. En effet dans les mois à venir, j’envisage de risquer 12 à 18 mois d’épargne supplémentaire dans de nouvelles entreprises (si j’en trouve). A la fin du mois d’avril, de nombreuses sociétés cotées publieront les résultats du premier trimestre 2020, nous permettant sans doute d’y voir un peu plus clair.

Pour l’instant, je garde le cap en continuant d’investir progressivement en respectant ma stratégie et en diversifiant au maximum ! Nous verrons d’ici 3 à 5 ans si mes efforts auront porté leurs fruits ou non 🙂

Sur ce, portez-vous bien et restez confinés !

Phil

Vous souhaitez améliorer votre culture financière ?

Alors inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir chaque semaine les derniers articles dans votre boîte aux lettres ainsi qu'un guide de 45 pages sur les placements financiers sans risques.

C'est complètement gratuit et garanti sans spam.

7 Commentaires

  1. Tiens bon !
    Pour ma part, je me suis retrouvé avec trop d’obligations, j’ai racheté des parts d’ETF ACWI IMI et Eurostoxx 600.

  2. Très bon post comme d’habitude.
    Bravo pour avoir débloqué autant d’épargne en ces moments troublés.

  3. Hello Phil, bravo pour cet article et le partage des nouvelles lignes achetées. J’espère que ça portera ses fruits !

    Comme vous l’avez probablement vu, les conséquences économiques aux US sont encore plus frappantes qu’en Europe (taux de chômage qui atteint des sommets et de nombreuses entreprises vont probablement suivre). Ceci aura donc un impact également sur d’autres pays.

    Est-ce que votre choix d’avoir misé sur WFC et SPG s’est fait dans une optique de diversification sectorielle, géographique ou bien vous pensez qu’il va y avoir un rebond plus rapide aux US qu’ailleurs ? Ou autre ?

    Merci
    Article récent de Mr Enchères : Covid-19 : les conséquences sur les ventes judiciairesMy Profile

    • Bonjour Mr Enchères,

      En fait, j’ai investi dans WFC et SPG pour diversifier géographiquement mon portefeuille.
      Malheureusement, mon timing n’était pas le meilleur 🙂

      Cordialement,
      Phil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.