Accueil / Débuter en Bourse / Huit années d’investissement en bourse

Huit années d’investissement en bourse

Comme à l’accoutumé, le mois d’octobre rime avec bilan annuel de mon portefeuille boursier 🙂

  1. Performances
  2. Composition
  3. Commentaires & perspectives

Performances

Commençons par analyser les performances du portefeuille (en vert) avec son indice de référence (en rouge) lors des 5 dernières années :

Performances du portefeuille depuis sa création

Performance sur la périodeMon portefeuilleIndice de référence
09/2014 – 10/2015+21,00%+06,47%
10/2015 – 10/2016+21,44%+12,11%
10/2016 – 10/2017+17,60%+11,37%
10/2017 – 10/2018+04,69%+12,34%
10/2018 – 10/2019-03,43%+06,57%
Performance annualisée+09,47%+09,67%

L’indice de référence choisi est le fonds Lyxor PEA MSCI World, qui est composé de grandes entreprises réparties dans le monde. Cet indice me permet de comparer les résultats d’une gestion passive à une gestion active (mon portefeuille).

Ainsi, mon portefeuille a réalisé une performance négative de -03,43% lors des douze derniers mois (+06,57% pour l’indice), soit un rendement annualisé de +09,47% lors des 5 dernières années (+09,67% pour l’indice).

Composition

Voici maintenant la composition du portefeuille :

Composition du portefeuille

Cette année, j’ai été particulièrement actif dans la gestion de mon portefeuille. En effet, j’ai investi dans 6 nouvelles entreprises  :

  1. Unibail-Rodamco-Westfield (foncière commerciale) à 133,90€
  2. Amundi (gestion d’actifs financiers) à 51,06€
  3. Publicis (communication) à 46,58€
  4. Evolis (production de cartes plastiques) à 21,23€
  5. Txcom (impression thermique et traçabilité) à 6,51€
  6. Aures Technologies (solutions pour les points de vente) à 21,04€

J’ai également vendu les entreprises suivantes :

  1. Sears (distributeur) à 0,46$ (-99%) : l’entreprise a fait faillite
  2. Seritage (foncière commerciale) à $41 (+17%) : Sears étant son locataire principal, j’ai estimé que sa faillite allait compliquer son plan de changement de locataires entamé en 2016.
  3. Evolis (production de cartes plastiques) à 30€ (+41%) suite à une OPA

Terminons avec l’allocation sectorielle du portefeuille actuel :

Allocation sectorielle du portefeuille

A noter que pour l’instant, 100% du portefeuille est investi en euros, principalement via mon PEA et PEA/PME.

Commentaires & perspectives

La mauvaise performance annuelle du portefeuille (-03,43%) s’explique par deux éléments principaux :

  • La faillite du distributeur américain Sears dont je détenais des actions et des obligations
  • La correction boursière en fin d’année 2018 des petites et moyennes capitalisations françaises, auxquelles mon portefeuille est fortement exposé

Néanmoins, la performance lors des 5 dernières années s’approche de mon objectif long terme, à savoir un rendement autour de 10% par an.

Si je devais résumer la règle la plus importante que j’ai apprise durant mes 8 années d’investissements sur les marchés financiers, ce serait la suivante :

Il est impératif de diversifier ses investissements pour durer.

Je pense même que cette règle de bon sens s’applique à tous les types d’investissements (hors bourse).

Même si l’on fait bien ses devoirs, que l’on analyse « en profondeur » une opportunité, on n’est jamais à l’abris d’un élément imprévisible qui risque de mettre en péril la rentabilité de l’investissement.

Ainsi pour éviter de jouer avec le hasard, j’estime qu’il est plus sage de diversifier ses investissements.

Bien que je trouve que le PEA et le PEA/PME soient de formidables supports avec une fiscalité optimale, il n’en demeure pas moins que l’univers d’investissement est assez restrictif. En théorie, toutes les entreprises européennes y sont accessibles. Néanmoins avec le prélèvement à la source sur les dividendes étrangers (non récupérable au sein du PEA), on se limite souvent à des entreprises françaises. Ainsi dans les mois à venir, j’envisage d’utiliser un peu plus mon compte-titres afin de m’exposer aux entreprises étrangères (notamment à l’économie américaine et au dollar).

De plus, chaque investissement représentait jusqu’à présent entre 3 et 12 mois d’épargne. Je prévois de diminuer le poids de chacun d’eux à 6 mois d’épargne maximum. Ce changement, qui va dans le sens d’une diversification accrue, entraînera néanmoins plus de travail puisqu’il sera nécessaire de trouver un plus grand nombre d’opportunités. Afin d’éviter d’y consacrer trop de temps, je pense m’orienter vers des analyses plus quantitatives : en effet, je m’en tiendrai à vérifier que le modèle d’affaires est pérenne et que l’entreprise analysée correspond à mes critères d’investissement.

Malgré tout, je suis satisfait du travail que j’ai effectué cette année sur mon portefeuille : j’ai remis à plat mes critères d’investissement, j’ai analysé une vingtaine d’entreprises, et j’ai commencé à diversifier mon portefeuille. 

A bientôt 🙂

Phil

Vous souhaitez améliorer votre culture financière ?

Alors inscrivez-vous à la newsletter pour recevoir chaque semaine les derniers articles dans votre boîte aux lettres ainsi qu'un guide de 45 pages sur les placements financiers sans risques.

C'est complètement gratuit et garanti sans spam.

12 Commentaires

  1. Bravo Phil pour votre joli blog et votre performance.
    10 % par an c’est vraiment bien.
    Bonne continuation !
    Article récent de Jerome Leivrek : Consultation AMFMy Profile

    • Merci Jérôme !
      Pour l’anecdote, j’avais depuis quelques mois TXCOM dans ma liste d’entreprises à analyser et c’est votre reporting de mai-juin qui m’a fortement incité à le faire 🙂

      Cordialement,
      Phil

  2. En d’autres termes, en y passant que 30s par mois en investissant simplement dans ETF trackant le MSCE World Index vous auriez obtenu en moyenne le même rendement sur ces 5 dernières années.

    • Bonjour Anthony,

      C’est pour cette raison que je compare mon portefeuille à un tracker world 🙂

      Statistiquement, je suis au courant que j’ai très peu de chances de surperformer cet indice.
      Néanmoins, je préfère pour l’instant gérer en direct mon portefeuille, plutôt que d’acheter le marché.

      Cordialement,
      Phil

      • Anthony,
        Je vois un ENORME avantage à posséder des actions en direct par rapport à un tracker : on sait quand vendre. Et de là, en allant d’action en action, espérer faire progresser son portefeuille par delà les crises. En superformant un peu de temps en temps. Avec un tracker, vous êtes condamné à regarder passer les baisses.
        Article récent de Jerome Leivrek : Consultation AMFMy Profile

      • Je vois juste votre message Jérôme: avec un tracker rien ne vous empêche de vendre si vous anticipez une baisse. Evidemment vous ne pourrez pas vendre une action précise mais disons que vous pouvez sortir du marché si vous le souhaitez.

  3. Bonjour, ton analyse est objective et très intéressante. La diversification est effectivement indispensable pour réduire les risques.
    Que penses-tu des ETF ? Il n’y en a pas dans ton portefeuille ?

    Bien cordialement,

    • Bonjour Nabil,

      Pour l’instant, je ne possède pas d’ETF mais je ne suis pas contre l’idée d’en acheter pour me diversifier.
      Je me suis un peu documenté sur le sujet, notamment en lisant les deux livres d’Edouard Petit (Epargnant 3.0 et compagnie).

      Historiquement, les résultats des ETF World sont excellents : 7,87%/an depuis 1987 pour MSCI World en dollars.
      Statistiquement, les investisseurs ont peu de chances de le battre sur le long terme.

      Ainsi, je pense que ce type d’actif a tout à fait sa place dans un portefeuille diversifié.
      Néanmoins comme ce type d’investissement est « à la mode » actuellement, j’aurai tendance à m’en méfier et à ne pas investir tout mon portefeuille dans un ETF 🙂

      On notera tout de même qu’investir passivement nécessite de la discipline : il faut acheter régulièrement des parts de l’indice et les conserver, quel que soit l’état du marché (en bien ou en mal).

      Cordialement,
      Phil

  4. Bonjour Phil,

    Merci beaucoup pour ce blog et tous ces articles très clair et pédagogique.
    Je souhaiterais moi aussi effectuer cet exercice et examiner en détail la valeur d’une entreprise cependant il m’est tres difficile de trouver les informations financières.
    Comment faites vous pour accéder au bilan, compte de résultat flux de trésorerie des entreprises, il y a t-il une base de donné qui recense tout ?

    • Bonjour Micado,

      Généralement, chaque entreprise cotée en bourse dispose d’un espace investisseur sur son site internet, qui recense les derniers rapports annuels publiés (avec les bilans, comptes de résultats…)
      Donc sur votre moteur de recherche favori, vous saisissez « nom de l’entreprise + investisseur », et vous trouverez cet espace.

      Cordialement,
      Phil

  5. Hello,

    Super compte rendu et bravo pour la performance.

    Je suis chez Bourse Direct et j’ai des actions Sears que je souhaite également liquider.

    Sachant que l’action n’est plus côtée, est-ce que tu peux m’indiquer comment vendre la position ?

    Merci

    • Bonjour Elodie,

      Merci !

      A priori, Sears s’échange encore sur le marché gré à gré (OTC market) à $0,26 par action.
      Je ne sais pas si Bourse Direct permet d’accéder à ce marché, ni le coût des transactions : n’hésitez pas à leur demander 🙂

      Cordialement,
      Phil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.